L’IVG chirurgicale

L’IVG chirurgicale (ou instrumentale) peut être pratiquée jusqu’à 12 semaines de grossesse (soit 14 semaines d’aménorrhée) uniquement dans un établissement de santé ou dans certains centres de planification et d’éducation familiale ou centres de santé habilités.

 

L’IVG chirurgicale est comme son nom l’indique un acte chirurgical qui consiste en l’aspiration de l’oeuf afin de mettre un terme à la grossesse.

 

Elle ne peut être pratiquée que par un médecin car elle nécessite une salle d’intervention.

 

L’anesthésie

Cette procédure s’effectue au bloc opératoire, sous anesthésie locale ou générale selon votre choix. Un rendez-vous avec un anesthésiste est alors fixé : il vérifiera vos antécédents et s’assurera que vous ne présentez aucune contre-indication à la pratique de l’anesthésie.

 

Il existe aujourd’hui des salles d’intervention spécifiques à l’IVG chirurgicale sous anesthésie locale, dites « salles blanches ». Ces salles blanches, hors du bloc opératoire, sont conformes aux conditions d’asepsie et d’hygiène.

 

L’intervention

Le médecin va aspirer le contenu de l’utérus grâce à une canule. Afin de faciliter cet acte, un traitement médicamenteux pourra vous être administré avant l’intervention afin de dilater le col de l’utérus et ainsi faciliter le passage des sondes de dilatation et de la canule d’aspiration.

 

L’intervention dure une dizaine de minutes.

 

Vous serez ensuite transférée en surveillance post opératoire qui varie en fonction de la méthode d’anesthésie choisie.

 

S’il n’y a pas de complications, vous rentrerez chez vous le soir même.

 

Les complications

La visite de contrôle, 14 à 21 jours après l’intervention, est indispensable afin de s’assurer de l’absence de complications.

 

Durant les jours qui suivent une IVG chirurgicale, des saignements ainsi que des douleurs post-opératoires peuvent survenir. Ces signes sont dus à l’intervention chirurgicale et ne nécessitent pas obligatoirement une consultation chez votre médecin.

 

Les complications suite à une IVG chirurgicale sont rares. Toutefois, il s’agit d’un acte chirurgical invasif nécessitant une anesthésie il faut donc rester vigilante et contacter rapidement votre médecin si l’un des symptômes suivants survient :

  • Fièvre inexpliquée,
  • Pertes importantes de sang (quantités qui peuvent être définies en amont avec votre médecin),
  • Fortes douleurs abdominales,
  • Malaises.

 

L’efficacité de la méthode

Le taux de réussite de la méthode instrumentale est de 99,7%.

 

La tarification

Le prix de l’IVG chirurgicale dépend du type d’établissement, du type d’anesthésie choisie et de la durée de la surveillance après l’intervention. La prise en charge par la sécurité sociale est de 100%.

Le forfait varie pour les établissements publics et privés à but non lucratif entre 463,25€ et 664,05€.